De plus en plus d’entreprises optent pour la dématérialisation. C’est pour elles un gage d’efficacité, mais aussi un enjeu que la pandémie de Covid-19 a rendu stratégique. Avec la généralisation du télétravail, les organisations basculent peu à peu dans le tout numérique, mais cette transformation à marche forcée ne va pas forcément sans heurts. L’enjeu du télétravail revient ainsi largement dans cette revue de presse et du web dédiée à la dématérialisation.

Accélération de la dématérialisation et de la digitalisation

L’accélération de la dématérialisation est décryptée par le Courrier des cadres1 dans un article du 21 janvier, dont le titre pose la question de « l’entreprise zéro papier ».
Cité dans l’article, le spécialiste des études sectorielles Xerfi Percepta souligne que la crise sanitaire « a encouragé les entreprises à mettre les bouchées doubles pour migrer vers le numérique ». Il remarque que « le recours au télétravail pendant les périodes de confinement a nécessité de renforcer les dispositifs de dématérialisation des documents (factures fournisseurs, fiches de paie, documents internes, etc.) et d’automatisation des back-offices”.

La pandémie a aussi une incidence sur les fonctions liées aux activités de production des entreprises. Publié le 8 février sur le site informatiquenews.fr2, un communiqué montre comment les bouleversements organisationnels nés de la Covid-19 impactent la GPAO (Gestion de la Production Assistée par Ordinateurs).

Outre le recours aux blockchains, l’auteure met l’accent sur une dématérialisation devenue « vitale à la GPAO ». Selon elle, « la nécessité de généraliser le traitement numérique, avec signature électronique entre autres, n’est plus une option ».

Pour l’Usine Nouvelle3, « la crise sanitaire va accélérer l’adoption d’outils RH digitaux en 2021, mais des freins subsistent ». Dans un article publié sous ce titre le 29 janvier, la rédaction nous livre les résultats d’une étude sur le télétravail et l’aide apportée aux entreprises par le digital depuis le début de la crise sanitaire.

Parmi les chiffres cités, on retient que 66% des décideurs RH interrogés pensent que le digital permet d’améliorer la performance de leur fonction, contre 57% l’année dernière. Les principaux freins à la digitalisation demeurent l’inadaptation des SI et l’insuffisance des budgets. L’article relève par ailleurs l’inquiétude soulevée par « la perte du contact humain ».

Des inquiétudes liées à une migration vers le tout-digital

Le poste de travail classique est-il appelé à être remplacé par un « bureau dématérialisé » dans l’ère d’après Covid qui s’ouvre ? Pas forcément selon La Tribune4, qui dans un article du 25 janvier décrit « une évolution, pas une révolution » dans l’aménagement des bureaux post-Covid. Outre les évolutions analysées, l’auteur revient sur le concept du flex-office et ses diverses formes.

Toujours sur le plan RH, la montée en puissance de la digitalisation n’est pas sans susciter des inquiétudes, y compris paradoxalement chez les acteurs du digital. Dans un article du 10 février, le magazine Entreprendre5 se penche sur le blues des « managers digitaux », qui ont « autant de raisons de se montrer optimistes que de raisons d’éprouver des doutes ».

En effet, portés par la dynamique du secteur, les profils les plus convoités deviennent plus difficiles à retenir. Les managers digitaux sont eux-mêmes affectés par certains effets de la digitalisation, qui a créé une distanciation dans les rapports avec leurs collaborateurs. Il leur faut aujourd’hui fidéliser leurs talents dans un contexte plus concurrentiel.

De son côté, l’exécutif semble prendre au sérieux les possibles impacts psychosociaux du télétravail sur les salariés. Le 11 février, le site officiel du gouvernement6 a rendu publique la mise en place d’un numéro vert dédié aux « salariés en télétravail en difficulté ».

La crise a conduit les entreprises à passer par le cloud pour poursuivre leur activité. En généralisant le télétravail, elle a aussi créé le besoin chez les salariés d’accéder à des données à distance. La transformation digitale, au premier rang de laquelle la dématérialisation, connaît ainsi une accélération qui donne une forte dynamique aux acteurs innovants du secteur. Pour illustrer celle-ci, quoi de mieux que l’article du 17 janvier de Sud Ouest7 consacré aux recrutements et aux ambitions de Primobox ?

Sources